Blog

La revanche des chaussettes

 

7179ef165629545879ccb76c8e32c1c4

 

 

Elles sont entrain de devenir aussi indispensables que nos sacs à main.

Elles rentrent tout doucement dans le top des basiques à afficher sans complexes.

 

 

 

 

La chaussette, cet accessoire inattendu s’impose et s’officialise: elle n’est plus une faute de goût mais une preuve de style. Oui. Carrément.

 

 

 

 

claquettes sur chaussettes promotionnées par Rhianna herself
Chaussette sur claquette promotionnée par Rihanna herself

 

 

On les avaient vues en sportswear sur claquettes, façon baraki, mais curieusement l’accueil ne fût pas triomphant. Ce n’est pas faute d’avoir essayer pourtant.

 

 

 

 

Alors, de toi à moi, si tu cherches un peu d’aventures, si tu as envie de te lancer des défis pour le fun et de briser un peu ta routine, je te conseille fortement d’essayer la chaussette sur talon.

Mais vas-y mollo hein, il s’agit d’un exercice périlleux dont peu peuvent se venter d’en revenir glorieuses, quoique tout à fait faisable si on se respecte un temps soi peu.

La chaussette sur talon c’est déjà repousser les limites de l’inexploré, gardons le sens de la mesure, n’est-ce pas.

 

Le but du jeu, le voici:

 

 

 

 

b48536ae6c6898bb96f6bb877e4c4d37

 

 

Par contre, ça là.. On arrête tout de suite, c’est totalement hors-sujet… On est d’accord?

 

 

 

 

 

Bon, commençons par quelques principes de base élémentaire avant que je ne te laisse gambader dans la nature, jeune gazelle insouciante:

dodont
Tu vois le tableau? De rien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

D’abord et avant tout, il faut que ta chaussette fasse corps avec ta chaussure

 

 

 

Viens tout de suite après, l’association chaussette/chaussure qui doit se marier avec l’ensemble de ta tenue sinon ça n’a aucun sens, tu comprends?

 

 

 

Ensuite, et c’est là que ça se corse, c’est une affaire d’appréciation personnelle mêlée d’un certain sang-froid et d’une bonne dose de subtilité. Sans oublier les proportions. Très important,  les proportions.

 

 

 

 

Ci-dessous, les idées sont bonnes mais quelque chose me pique les yeux.. Est-ce la chaussette sportswear qui, avec toute la bonne volonté du monde, n’arrive pas à m’ôter l’idée de la tête qu’une chaussette de sport ça sent le jus de chaussette (parce que je passe mon temps à ramasser celles de mon fils, qui lui les utilisent, quelle drôle d’idée, pour faire son sport)?, est-ce mon côté résistance-je-crie-ton-nom-je-ne-suis-pas-un-mouton? Peut-être un peu des 2. Toujours est-il que je t’avais prévenue, l’exercice est périlleux. Pour ma part, ici gît ma tolérance:

 

 

Quant aux photos 2 et 3, la ballerine et la fashionista: rien à dire à part change de chaussures pour l’une et garde le pantalon blanc mais tire un peu sur tes chaussettes pour l’autre.

 

Je ne sais pas pour toi mais moi, tout ces défis m’ont mises en appétit, je vais essayer ça de ce pas (de chaussette) 😉

PS: si toi aussi tu veux t’aventurer à la limite de toi-même, n’oublie pas de te fiez à ton instinct, ton plus fidèle compagnon.

Let’s go!

J’ai-rien-à-me-mettre!?

Pourquoi nous les femmes n'avons nous jamais rien à nous mettre
Ce moment de solitude le matin quand je ne sais pas quoi mettre..
Lèves la main si toi aussi tu connais!

Que l’on soit étudiante ou cadre supérieur, que notre dressing soit plein ou minimaliste, personne n’échappe à l’épreuve de feu résumé en 6 petits mots: « j’ai-rien-à-me-mettre! »

Alors,quel est ce phénomène qui fait que nous les femmes n’avons rien à nous mettre?

Notre nature féminine, mesdames.

Parce que nous nous habillons en fonction de l’humeur dans laquelle nous sommes lorsque nous choisissons nos vêtements. Quand on se dit « je n’ai rien à me mettre » ce que l’on veut plutôt dire  c’est: « je n’ai pas de vêtements qui correspondent à l’humeur dans laquelle je me trouve en ce moment« . Et comme l’humeur d’une femme peut passer par toutes les nuances en très peu de temps, je vous laisse imaginer le challenge auquel nous faisons face à chaque instant. Alors, fixer son humeur pour se décider de ce que l’on va mettre ou pas relève de l’exploit, n’en doutez pas. Exploit que nous accomplissons chaque jour sans même nous en rendre compte. Vu comme ça, c’est carrément normal de beuguer de temps en temps , non?

Super, me voilà bien avancée me direz-vous. C’est vrai que savoir ne résous pas toujours le problème, j’en suis la preuve vivante.

Il se peu que vous traversiez comme moi une zone de turbulence (je vais avoir 40 ans, je ne vous raconte pas comment ça cogite sec là-haut), nous sommes en pleine mutation et dans ce cas, notre garde-robe peut ne plus refléter ce que nous sommes entrain de devenir.

Quand l’ancien et le nouveau se chevauchent, il y a toujours cette ancienne partie de nous qui ne veut mourir et qui pourtant devra laisser sa place. Déposer son ancien moi pour rentrer dans un nouveau monde encore inconnu, ça fait peur. Tout comme la Nature elle-même, les femmes sont soumises à toutes sortes de cycles et le changement en fait partie. En prenant conscience de cette mutation, on peut l’accompagner en douceur. Et le meilleur moyen que je connaisse pour amorcer ce changement c’est:

RANGER

On est d’accord, faire le ménage au sein de son foyer, il n’y a rien de tel pour mettre de l’ordre dans ces idées. Il en va de même de notre garde-robe. On voit plus clair sur ce qu’il nous faut et sur ce dont on peut se séparer sans remords. Cela permet de faire la lumière sur nos bons vieux basiques qui nous permettront d’effectuer une retraite stratégique en tant de crise majeur.

Mais c’est quoi un bon basique?

C’est notre joker, notre bonus malus, notre plus fidèle compagnon qui ne nous laissera jamais tombé, celui qui sera toujours là quand justement nous n’aurons rien à nous mettre (parce que ça arrivera encore), celui qui nous met en valeur à tout les coups, qui va avec tout, modulable à l’infini, celui qui nous accompagne toute notre vie durant.

La base

Le jeans : la star des star, parfaitement bien coupé, de très bonne qualité (la toile doit être épaisse), pas trop serré parce que sinon ça coupe votre circulation (et bonjour la cellulite), il doit vous faire des fesses d’enfer. Pour les rondes, choisissez le taille haute pour mettre en valeur vos rondeurs et pour plus de confort. Dans tout les cas, un modèle neutre, droit, pour résister aux tendances (que vous puissiez encore le porter dans une dizaine d’années). (Quoique le patt’d’eph revient timidement)

La veste de tailleur: Vérifiez le tombé au niveau des épaules, les épaulettes ne doivent pas être trop tombantes ni trop courtes. Le tissu et les finitions sont tout aussi importante pour votre allure générale. La veste de tailleur vient habiller une tenue basique (jeans, t-shirt par exemple) et souligner une tenue plus sophistiquée.

Le t-shirt: Si il ne doit en rester qu’un (si comme moi tu en as des tonnes), c’est le t-shirt blanc, en coton (bio, chanvre, peu importe pourvu qu’il soit assez résistant et agréable à porter) au grammage épais (de 145 pour une assez bonne qualité à 160 pour du haut de gamme) avec une encolure bien travaillée, ronde, aux finitions soignées.

La chemise: Pour vérifier sa qualité, observez le col et les poignets: le thermocollant doit être assez épais, ceci afin que le col reste lisse après de nombreux lavages. Le coton reste assez agréable à porter, et ne vous fera pas transpirer.

La petite robe noire: On ne la présente plus, déclinée à l’infini, il y en a pour tout les goûts et toutes les morphologies, c’est la Rolls Royce des basiques. Un rdv, une réunion ou une soirée? Elle vous donnera un look sobre et sophistiqué. Simple mais efficace.

Le trench coat: Tout va dépendre de votre morphologie, mais pour ne pas se tromper, on mise sur la qualité et les tons neutres, avec une coupe classique pour l’intemporalité.

Une paire d’escarpins noirs pour l’élégance et une paire de basket blanches pour les jours « no prise de têtes ».

Et voilà, fin prêtes, il ne nous reste plus qu’à explorer ce nouveau nous.

Vive le SHOPPING!

Avant d’aller dévaliser les boutiques, mettez vous dans un bon état d’esprit :

Allez-y en touriste, comme si vous visitiez une nouvelles contrée, ouverte, curieuse et surtout sereine, prenez votre temps. Vous allez voir, ça change tout.

C’est du temps que vous consacrez à vous-même, alors faites ça bien. De préférence un jour de semaine en matinée plutôt que le samedi après-midi. Si vous n’avez pas le choix, ne faites que 2 ou 3 boutiques mais faites-les à fond.

N’achetez pas pour dire d’acheter, si vous n’avez rien trouvé, ne forcez pas, offrez-vous un soin, un vernis ou un autre petit plaisir, vous trouverez la prochaine fois. Et puis, cela vous laissera le temps de digérer toutes les informations que votre cerveau aura capté durant votre exploration.

A vous de jouer!